ISDS révisé

Le mécanisme du règlement des différends investisseur-Etat (ISDS, selon son sigle anglais) a essuyé de vives critiques ces dernières années. Du fait de nombreuses affaires controversées, des groupes de la société civile, des organisations internationales, des universitaires, des juristes ainsi que des représentants de l’Etat ont affirmé que ce système d’arbitrage a eu un impact négatif sur l’intérêt public et doit faire l’object d’une réforme.

En conséquence, des ajustements ont été façonnés pour éviter les aspects les plus néfastes de l’ISDS standard. Au moins 45 pays et quatre blocs régionaux ont entamé un processus de révision ou ont récemment révisé leur modèle de traité d’investissement.

En 2012, en Afrique du Sud, le gouvernement a commencé une procédure de retrait des TBI (Traité Bilatéral d’Investissement) et a modifié sa législation nationale afin de la rendre compatible avec les protections des investisseurs présentes dans les TBI, tout en intégrant des exceptions lorsque l’intérêt public est en jeu.

L’Indonésie a décidé en 2014 de mettre un terme à ses 67 TBI et élabore un modèle de traité révisé qui devrait en principe mettre en avant un équilibre plus juste entre le droit de l’Etat à réguler et les protections des investisseurs étrangers.

La Commission européenne a établi en 2015 un « système juridictionnel des investissements » pour remplacer le mécanisme actuel de l’ISDS dans ses accords commerciaux. Ce système a été introduit dans les accords de l’Union européenne avec le Canada (CETA) et le Vietnam. La Commission a également proposé qu’il soit incorporé aux négociations en cours avec les Etats-Unis (TTIP), le Mexique et les Philippines. Mais de nombreuses critiques ont affirmé que ce nouveau système n’est rien de plus que de la poudre aux yeux.

L’Inde a mis en œuvre un nouveau modèle de TBI en décembre 2015, qui, par exemple, exige des investisseurs étrangers qu’ils épuisent les recours devant les tribunaux nationaux avant d’initier un arbitrage international. La clause de « traitement juste et équitable » est également absente.

En 2016, les membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC en anglais) (Afrique du Sud, Botswana, Lesotho, Mozambique, Namibie et Swaziland) ont modifié le protocole de finance et d’investissement du SADC qui comprenait le mécanisme de règlement des différends investisseur-Etat. Les amendements ont supprimé les clauses sur l’ISDS (seul le règlement d’Etat à Etat a été prévu) et limité le champ de protection des investisseurs. Le « traitement juste et équitable » a été exclu, le « traitement national » a été restreint, des règles exceptions sur les mesures mises en place afin de respecter les traités internationaux ont été introduites et les investisseurs sont dorénavant dans l’obligation de respecter les lois nationales.

En Amérique du Sud, des experts de l’UNASUR (Union des nations sud-américaines) travaillent sur la mise en place d’un centre international de règlement des différends, qui serait une alternative au Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI, rattaché à la Banque mondiale).

En 2017, des États du monde entier ont commencé à débattre à la CNUDCI (Commission des Nations unies pour le droit commercial international) de la possible réforme du mécanisme de l’ISDS, de manière à répondre aux préoccupations de légitimité et à rééquilibrer le système. Dans le cadre de ces discussions, l’UE a proposé la création d’une cour multilatéral d’investissement (MIC), qui a été critiquée par des groupes de la société civile, car la MIC élargirait et entérinerait le système actuel de privilèges des entreprises dans les futurs accords commerciaux.

Photo : Attac / CC BY-SA 2.0

mars 2021

Tele Sur | 21-jan-2016
Experts from UNASUR met in the Uruguayan capital Montevideo in order to finalize and sign agreements regarding the proposed center for investigation of international settlement dispute cases.
IA Reporter | 6-jan-2016
Following the release in April of 2015 of a draft model investment treaty, the government of India unveiled a final version of its proposed negotiating text.
CADTM | 30-déc-2015
Les accords internationaux d’investissement sont un puissant instrument de domination et de spoliation de la richesse des États.
IPS | 30-déc-2015
American mining corporation Newmont escaped the domestic processing requirement from Indonesia’s 2009 Mining Law. It achieved this by using a clause in a Dutch investment treaty.
EurActiv | 19-oct-2015
EU Parliament adopts robust mechanism needed for Paris climate talks. Are European national leaders ready to act ?
S2B | 7-oct-2015
Why the Commission’s proposal for an “Investment Court System” still fails to address the key problems of foreign investors’ privileges
Indonesia for Global Justice | 9-sep-2015
The Government plan to reassess the 64 Bilateral Investment Treaties (BITs) that have been signed by Indonesia immediately.
South Centre | 9-aoû-2015
The brief describes the widening debate on the implications of international investment agreements for sustainable development and outlines the broad features of alternative policy approaches to foreign direct investment
EurAsia Review | 6-mai-2015
From an international policy point of view, South Africa’s denunciation of BITs is reasonable. It may even be seen as a refreshing retreat from a legal quagmire. But the domestic reality requires wider consideration.
InfoJustice.org | 26-avr-2015
There is an increasingly urgent need revise the EU and US ISDS templates to protect IP policy decisions from the ISDS chapters of trade agreements.

0 | ... | 260 | 270 | 280 | 290 | 300 | 310 | 320 | 330 | 340 | 350